Monuments de Sainte-Victoire

15.00

par l’abbé Paulet – 1905

Format 13×18

58 pages

Editions Desbaumes – 2010

Description du produit

L’Abbé Paulet (1845-1911)

Né au Paradou le 5 octobre 1845, décédé à Cabriès en octobre 1911, l’Abbé Paulet restera pour toujours une figure emblématique de la Provence. D’une famille pauvre, ses chances de s’élever socialement sont infimes, en ce milieu du XIXe siècle. Mais il a la chance de bénéficier des largesses de la fondation de Monsieur de Montblanc. Sa mère, Jeanne, veuve de Jean Paulet reçoit ainsi une somme de 300 francs pour lui.

On lit dans le registre que «  cet enfant donnant par la sagesse et les talents qu’on découvre en lui, de bonnes espérances de le voir entrer un jour dans la carrière ecclésiastique, la dite somme lui a été donnée afin d’aider à faire ses études au petit séminaire d’Aix ».

Voilà Paulet enrôlé si l’on peut dire, élève assidu et discipliné. Il est bientôt ordonné prêtre à Eyragues, au début 1870. Sa carrière bien entamée se poursuit alors puisqu’il est nommé vicaire à partir de 1874, à Saint Trophime d’Arles puis en 1892, curé-doyen d’Eyguières, recteur de Vauvenargues en 1902, et enfin de Cabriès en 1907.

Très ouvert aux idées nouvelles, bon curé, attaché à son pays natal comme à la Provence, cet érudit se complait à rechercher dans les archives communales et épiscopales, matière à écrire sur les paroisses dont il a pris la charge.

Rien de plus normal qu’il nous laisse ainsi des ouvrages passionnants, consacrés à Eyguières, Les Baux, Castillon, Vauvenargues, Saint Rémy de Provence. Dans celui consacré aux Baux et Castillon ( « Histoire des communes des Baux, du Paradou, de Maussane et de Mouriès ») on lit cette déclaration d’amour «  J’aime mon village plus que tout autre village ; j’aime ma Provence plus que toute autre province ; j’aime la France plus que tout. J’espère que longtemps encore les cloches de mon clocher répandrons dans la vallée leurs sonores vibrations pour porter la vertu de la prière jusqu’à l’ancienne sépulture de nos pères endormis sous les tours de Castillon,  jusque dans la plaine et les anciens marais… ». Belle envolée lyrique pour une âme pure et bien née, qui méritait  bien, par cette réédition, d’être enfin sortie de l’ombre…

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Monuments de Sainte-Victoire”

Nos livres en librairie à Aix en Provence

Librairie de Provence, 31, cours Mirabeau
Librairie Goulard, 37, cours Mirabeau
Librairie Le Blason, 2, rue Jacques de La Roque